// Actualités //

AIRBUS : 3700 salariés du groupe en Europe impactés par les baisses de cadence de l’A400M et de l’A380

Lors du Comité Européen du groupe Airbus (SEWC) à Toulouse le 7 mars 2018, la Direction a présenté son « plan d’adaptation des effectifs » travaillant sur l’A400M et l’A380.

3700 salariés environ, essentiellement des cols bleus sont concernés en Europe, dont 470 en France sur les sites de Toulouse, Nantes et St Nazaire, 1900 en Allemagne850 en Espagne, 450 en Angleterre.

Pour la CFDT, si la situation globale sur l’A380 est connue, celle de l’A400M ne l’est pas. Notamment le détail du résultat des négociations entre Tom ENDERS et les Etats-Clients en Février 2018 n’a pas été présenté au Comité Européen.

Pour la CFDT, il est nécessaire d’avoir une vraie visibilité sur les objectifs de livraison année par année, les écarts par rapport aux prévisions Etat par Etat, sur la correspondance entre le point de cadence et le nombre de salariés pour les programmes A380 et A400M, et sur les hypothèses retenues par la Direction en termes de perspectives commerciales.

Par ailleurs, la stratégie d’AIRBUS sur l’A380 mérite des éclaircissements, comme la réalité du carnet de commandes actuel.

Pour la CFDT AIRBUS, ces différents points nécessiteraient une expertise approfondie.

Si en France, cela se traduira principalement par des redéploiements de salariés sur d’autres activités (A320, A350, etc.), le gel des embauches et des rapatriements de charges sous-traitées, il n’en sera pas forcément de même pour certains sites aux activités centrées sur l’A400M en Espagne, Angleterre ou Allemagne. De plus, l’arrêt envisagé de contrats d’intérimaires n’est pas neutre socialement, pour les bassins d’emplois concernés. 

Pour la France, certaines questions demeurent notamment en ce qui concerne STELIA qui travaille aussi pour l’A380 et l’A400M, et est absente de la présentation du jour.

Enfin la CFDT rappelle que des baisses de cadences peuvent conduire en France à des diminutions d’horaires postés, avec des impacts financiers loin d’être négligeables et conduire de ce fait à des disparités de rémunération  entre les salariés réaffectés à des produits en « ramp-up » et ceux restant sur l’A380 ou l’A400M. 

La Direction prévoit à ce jour, une consultation du SEWC les 10 et 11 avril 2018.