// Actualités //

Airbus Portugal (GBS) : Déclaration de la CFDT au CSE-E du 5 avril 2022

Le Projet GBS vise à ré-internaliser certaines activités actuellement sous-traitées, à créer des capacités additionnelles et à transférer 311 postes de la Finance et de HR au Portugal (dont 122 postes pour la France).

Au-delà des déclarations de bonnes intentions affichées par la Direction (“atterrissage en douceur”), la CFDT demande un planning précis et détaillé des actions de formation et de redéploiement. Comment imaginer que dans 6 mois, les premières équipes comptables d’Airbus Helicopters soient prêtes à laisser leurs places à des futurs collègues au Portugal, sans formation de reconversion, sans analyse précise des besoins/souhaits de chacun? Est ce l’approche qui va être utilisée pour Airbus SAS?

La direction doit prendre l’engagement que TOUS les salariés auront une place dans le groupe après une formation adaptée, totalement prise en charge financièrement par Airbus. Il n’est pas imaginable qu’ Airbus demande aux candidats d’utiliser leurs CPF pour cela.
A ce jour, manque également un plan de hand-over clair, afin d’assurer que les futurs collaborateurs au Portugal soient en mesure d’assurer la qualité de service nécessaire pour les fournisseurs et les clients.

Le projet GBS prévoit d’étaler les transferts sur 3 années de 2023 à 2025, mais qu’en est-il des salariés qui pourront faire valoir leurs droits à la retraitedans les 3 ans qui suivront (par ex)?

En ce qui concerne les problématiques propres au service comptabilité, quel manager chez Airbus acceptera de prendre dans son équipe un collaborateur venant de la comptabilité, plus ou moins bien formé à ce nouveau métier, et qui partirait à la  retraite 2 ou 3 ans après ? De plus, nombre de postes en mobilité sont des postes de cadres, or, une grande majorité des collaborateurs comptables sont non cadres ou ne justifient pas d’une grande maîtrise de l’anglais, souvent demandée par ailleurs. – comment traiter ce problème ?

Ce projet de transfert d’activités nous semble injustifié. La recherche d’une meilleure efficacité des services comptables passe par des investissements dans les outils (en 2024, les factures papiers devront avoir disparu), par les process, par les formations et non par des salariés moins bien payés, voire moins bien traités.Après avoir bénéficié de toutes les aides possibles en Europe et en France (chômage partiel, APLD, crédit recherche), financées par des fonds publics, Airbus décide, lors de la reprise, de délocaliser des activités au Portugal et fait peser le poids des évolutions sur des salariés qui ont déjà beaucoup donné (rappelons les plans successifs sur les services comptables Gemini, Alpha, Odyssey..).En conclusion, la CFDT regrette que les salariés d’Airbus et les Organisations Syndicales soient aujourd’hui mis devant le fait accompli des transferts d’activité vers le Portugal et nous notons que la première étape de mise en place de GBS à partir des activités transverses North America et Porto Rico s’est opérée en toute opacité et nous craignons que cela se reproduise en Inde pour les départements informatiques, car nous notons le même manque de concertation et d’information préalable.

 

Nous considérons que le modèle social des pays Core doit servir de base lors des réorganisations des filiales d’Airbus à travers le monde, par respect pour l’ensemble des salariés Airbus.