// Actualités //

CDI Intérimaire, le CDI « FAKE »

C’est désormais systématique: tous les compagnons qui commencent en intérim seront contraints de passer par le CDI Intérimaire, avant d’espérer une embauche en contrat Airbus, dans une incertitude soigneusement entretenue. Et ce même après 18 mois de bons et loyaux services…

Voici notre avis.

  •     La CFDT Airbus Opérations considère que ce contrat n’a rien à voir avec un CDI classique et que, même s’il apparaissait comme une opportunité inespérée de pouvoir continuer à travailler chez Airbus, il n’efface pas la précarité bien au contraire. A tout moment, l’agence d’intérim peut licencier la personne sur un refus de mission, même inapropriée, ou bien en prétextant qu’elle n’a plus de contrat avec des entreprises du domaine d’activité concerné. C’est bon de le comprendre, surtout lorsqu’on a un projet immobilier en tête…
  •     Le recours à ce type de contrat nous parait totalement injustifié, au vu des montées en cadences, du carnet de commandes et de l’objectif opérationnel (irréaliste) de 2018.  De plus, les compagnons en CD2I sont mis en concurrence sur de longues périodes. Pire encore, certains se seraient vus refuser l’embauche  sous prétexte qu’ils auraient tenté leur chance ailleurs. Deux aspects inacceptables pour la CFDT, surtout dans le contexte actuel. Si la direction d’Airbus veut faire le choix d’une main d’oeuvre flexible, à la carte, elle doit en accepter les conséquences: les salariés peuvent eux aussi tirer parti de cette flexibilité s’ils le souhaitent! C’est l’jeu ma pauv’ Lucette!
  •     Cerise sur le gâteau! Certaines agences d’intérim peu scrupuleuses n’hésitent pas à apporter des modifications au contrat ou au salaire, de manière totalement cavalière. A ce sujet n’hésitez pas à contacter vos élus CFDT ou les HRBP, pour faire respecter vos droits.
  •     Pour terminer, la CFDT n’approuve pas la non reconnaissance de ces travailleurs qui pendant 36 mois ne pourront en aucun cas  bénéficier des mêmes avantages que leurs collègues de travail comme la particiaption au bénéfice, l’intéressement, le CE, les AI etc…

Leur travail et leur implication ont-ils si peu de valeur aux yeux d’Airbus?