// Actualités //

Déclaration de la Commission Formation

Assemblée plénière du Comité d’Entreprise du 30 mars 2018

La Commission Formaation de l’AISC s’est réunie pour examiner :

  1. Information sur le bilan de l’Alternance 2017
  2. Information sur le bilan des Stages 2017
  3. Information et consultation sur la politique de l’Alternance et des Stages 2018
  4. Information et consultation sur l’affectation de la taxe d’apprentissage 2017
  5. Information et consultation sur la GPEC

1 & 2 – Information sur le bilan de l’Alternance et des Stages 2017

La commission relève une très légère amélioration du nombre de stagiaires et Alternants en 2017. La commission espère que l’année 2018 sera dans la même continuité.

3 – Information et consultation sur la politique de l’Alternance et des Stages 2018

La politique Stage/Alternance a progressé en 2017, et restera de ce niveau en 2018. La lettre de cadrage pour la campagne 2018 a été envoyée dans les fonctions et rappelle clairement qu’un Stagiaire/alternant n’est pas là pour combler un manque dans un service. La Commission Formation demande qu’une vigilance soit apportée chez F qui détient le record du nombre de stagiaire 2017 alors même que le plan Alpha se met en place.

Au vu des informations présentées la commission formation propose aux élus du CE un avis favorable sur la politique d’Alternance et Stages 2018.

4 – Information et consultation sur l’affectation de la taxe d’apprentissage 2017

L’affectation de la taxe d’apprentissage choisie par la Direction est tout à fait cohérente puisqu’elle met l’accent sur le soutien des écoles partenaires proches d’Airbus.

La commission note toutefois qu’Airbus a dû s’acquitter d’une taxe de Contribution Supplémentaire à l’Apprentissage (CSA) n’ayant pas atteint le seuil de 5% d’alternants suite à la politique d’Alternance choisie en 2017 (2,98%).

Au vu des informations présentées la commission formation propose aux élus du CE un avis favorable sur l’affectation de la taxe d’apprentissage 2016.

5 – Information et consultation sur la GPEC

La principale évolution de la GPEC est l’intégration des académies des 3 divisions pour mutualiser les moyens et les objectifs, cela rentre dans le projet « #WeAreOne ».

Nous sommes un, mais où allons-nous ?

Airbus veut adapter la GPEC aux grandes tendances de l’évolution du monde, et doit pour cela s’appuyer sur une stratégie d’entreprise claire, définie et partagée.

Malheureusement cette stratégie n’est pas fournie par la Direction. Nous pouvons nous poser la question de son existence à haut niveau car selon les accords sur la GPEC, la commission formation doit y avoir accès et réitère donc sa demande de l’année dernière.

La commission observe que les processus et les organisations en charge de la GPEC sont en constante évolution et ce depuis plusieurs années. Les méthodes théoriques sont présentées en commission mais les résultats ne sont pas visibles.

Le nouveau processus des « Resources Review » intégrées dans le planning de définition de l’OP sont beaucoup trop tardives pour qu’elles aient un impact. Il semble que la Finance fixe toujours le cadre des ressources et qu’ensuite les compétences s’y adaptent, alors que l’inverse serait bien plus efficace.

L’analyse des métiers émergents est en cours. La commission Formation demande à ce que l’analyse des métiers en déclin soit réalisée pour identifier les formations à dispenser aux personnes impactées pour qu’ils acquièrent ces nouvelles compétences. Le recrutement externe pourra ensuite être envisagé.

La commission observe une évolution du quantitatif vers le qualitatif, mais la Direction semble confondre l’évolution des compétences et la qualité intrinsèque des personnes.

Il ne faut pas qu’Airbus fasse une politique du « jetable » en enchainant les plans sociaux pour résoudre ses problèmes de compétences.

L’année dernière la Commission concluait de la sorte :

« Au vu des informations présentées, la commission formation propose aux élus du CE un avis d’abstention sur la GPEC justifié par le fait que les membres de la commission remarquent un manque d’information sur :

  • la stratégie d’entreprise à court, moyen et long terme,
  • l’identification des compétences devenues obsolètes et le plan d’évolution lié,
  • le planning général d’application des nouvelles façons de travailler sur toutes les compétences,
  • les moyens d’accompagnement des employés qui seront mis en place afin d’éviter une augmentation de la fracture numérique et une incompréhension pour nombre de salariés à maintenir leur employabilité.

De plus le manque flagrant d’anticipation de la GPEC lors des années précédentes nous a conduit à un plan GEMINI car nous n’avons pas su prévoir à temps les évolutions de compétences nécessaires. »

Au vu du manque d’évolution de la situation, la commission propose aux élus du CE un avis défavorable sur la GPEC 2018.