// Actualités //

Déclaration intersyndicale sur la situation préoccupante d’Airbus

Réunion du Comité National France du 20 décembre 2017

Monsieur le représentant de la Direction Générale d’Airbus,
Airbus est une entreprise stratégique pour la France dont l’avenir préoccupe les salariés qui
s’investissent chaque jour pour innover, vendre et honorer dans les délais, la livraison des différents produits.
Depuis plusieurs mois, la presse parle quotidiennement d’Airbus mais hélas pas seulement en termes de réussites commerciales et technologiques ! Les affaires de corruption mais aussi la succession des départs de hauts responsables du Groupe dont beaucoup sont Français et détenaient une grande expertise de notre Groupe AIRBUS, interpellent les salariés que nous représentons.
Ces derniers jours, l’annonce du départ de Fabrice BREGIER traduit des tensions dangereuses qui
fragilisent le groupe Airbus et peuvent aboutir à une crise de confiance de la part des salariés.
Tous ces départs précipités déstabilisent Airbus ! Le CNF regrette ces événements qui discréditent Airbus et sa gouvernance.
Votre arrivée à la tête de la branche avions s’inscrit dans une certaine continuité industrielle que
nous défendons, mais ce transfert laisse l’activité hélicoptère au milieu du gué d’une situation
fragilisée par un marché affaibli.
Rien ne serait pire que de laisser perdurer cette instabilité au moment où le groupe et ses
divisions ont avant tout besoin d’une stratégie claire, stable et partagée par le top management.
Airbus doit retrouver de la stabilité et de la sérénité afin de conserver sa clairvoyance dans ses
prises de décisions, dans ses investissements et dans son développement commercial.
Il nous parait nécessaire que le gouvernement actionnaire reprenne le contrôle politique et
défende cette industrie au regard de ce que font les Etats-Unis car Airbus est l’un des
symboles de réussite Française et Européenne. Notre Groupe est un des piliers industriels de
notre souveraineté et il génère des dizaines de milliers d’emplois en France. Il nous paraît tout
aussi nécessaire que les nations fondatrices d’Airbus, dont la France, soient largement présentes
dans la gouvernance et le pilotage du Groupe afin de préserver son identité et ses valeurs.
Concernant les emplois, les investissements, la politique sociale, les représentants du comité ne
pourront accepter des répercussions majeures touchant les salariés suite aux éventuelles pénalités financières concernant les affaires juridiques.
La réussite d’Airbus passe obligatoirement par l’identification des valeurs qui ont amené notre
industrie au succès et leur reconnaissance en tant que pilier fondateur de notre futur. C’est ainsi,
autour de valeurs partagées et reconnues que nous continuerons de conquérir les marchés. Toutes
ces valeurs, qu’elles soient humaines, culturelles ou de dialogue social doivent être nos fondations
afin de mobiliser l’ensemble des salariés pour relever les défis à venir.