// Actualités //

Négociation GEPP (Gestion de l’Emploi et des Parcours Professionnels)

Lors de la réunion de négociation du 19 décembre, les Organisations Syndicales ont fait part de leur position sur les dispositifs d’adaptation des emplois et compétences lié aux transformations rapides de l’entreprise : Redéploiements, Congé de mobilité, Rupture conventionnelle collective et Accords de performance collective.

La CFDT a demandé que les conditions du congé de mobilité soient alignées sur celles beaucoup plus favorables du congé de reclassement négocié dans le cadre du PSE GEMINI.

La CFDT considère que la Rupture conventionnelle collective et les Accords de performance collective ne devraient pas être envisagés comme outils dans le cadre d’un accord GEPP. L’objectif principal de la GEPP est d’anticiper les besoins en emplois et compétences de l’entreprise pour éviter justement d’avoir recours à de tels dispositifs d’adaptation des ressources. Certes ces dispositifs existent et peuvent être utilisés par les entreprises mais après négociation face à une situation de crise. Ils ne doivent pas être décrits dans l’accord GEPP.

A ce stade de la négociation, les modalités de suivi et de pilotage de l’accord qui sont envisagées ne traduisent pas clairement une volonté de la Direction d’impliquer les représentants du personnel, au-delà de la stricte procédure d’information-consultation des futurs CSE. Le rôle des élus et des membres de la commission GEPP risquent d’être réduit à analyser des plans d’action déjà engagés sur lesquels ils n’auront donc aucune influence.

La CFDT demande que le calendrier de la GEPP permette de disposer des informations de stratégie de l’entreprise, de ses impacts sur les axes stratégiques de compétences et sur l’emploi, suffisamment tôt pour que les représentants des salariés soient réellement impliqués dans l’élaboration des plans d’action, dans une perspective pluriannuelle.