// Actualités //

NEWSLETTER

Airbus a triplé ses bénéfices en 2017Airbus vient de dévoiler ses résultats annuels : l’avionneur européen a dégagé un bénéfice opérationnel ajusté de 4,253 milliards d’euros (+ 8 %) en 2017, pour un chiffre d’affaires de 66,8 milliards, quasiment stable. De son côté, le bénéfice net a presque triplé à 2,87 milliards, grâce à des livraisons en hausse, à 718 exemplaire (contre 688 en 2016) dont 558 unités de la famille A320, 78 A350 XWB, 67 A330 et 15 A380. « Nous avons surpassé tous nos indicateurs clés pour 2017, grâce à de très bonnes performances opérationnelles, en particulier au dernier trimestre », a déclaré Tom Enders, Président exécutif d’Airbus. En 2017, Airbus a reçu 1 109 commandes nettes d’avions commerciaux (contre 731 commandes en 2017), à 158 milliards d’euros, ce qui porte le carnet de commandes à un niveau record de 7 265 avions commerciaux, soit un total de 997 milliards d’euros. Il y a par ailleurs eu 335 commandes nettes d’hélicoptères (niveau stable), dont 48 exemplaires de la famille Super Puma et 17 H175. La branche Defence and Space est également dynamique, en particulier pour les avions militaires, dont les prises de commandes incluent 22 avions de transport léger et moyen, cinq ravitailleurs A330 MRTT et le contrat Eurofighter avec le Koweït. La branche est toutefois impactée par une nouvelle charge de 1,3 milliard d’euros sur l’A400M. « En dépit de problèmes persistants sur les moteurs de l’A320neo, nous avons poursuivi la montée en cadence de la production et avons finalement livré un nombre record d’appareils. Concernant l’A400M, nous avons amélioré la situation en matière industrielle et capacitaire, et convenu d’une remise à plat contractuelle avec les clients gouvernementaux qui devrait sensiblement réduire les risques résiduels du programme », a indiqué le dirigeant. Dans le détail, L’EBIT ajusté de la Division Commercial Aircraft a atteint 3,554 milliards d’euros (contre 2,811 milliards en 2016), celui de la Division Helicopters reste globalement stable à 337 millions d’euros et enfin l’EBIT ajusté de la Division Defence and Space s’élève à 872 millions d’euros (contre 1,002 milliard en 2016). Suite à ces résultats, le titre Airbus a gagné jusqu’à 9 % en première partie de matinée.15 Février 18 – Lesechos.fr – Lefigaro.fr – Air-cosmos.com – Bfmtv.com – Francetvinfo.fr – Aerobuzz.fr – Boursier.comAirbus confirme les 800 livraisons d’avions en 2018 et songe à une montée en cadence des A320Airbus confirme ses prévisions de 800 livraisons d’avions en 2018, et ne s’interdit pas d’aller au-delà. « Si on regarde la demande accumulée et le carnet de commandes, nous devons aller vers un rythme de 70 (avions par mois), ce vers quoi nous tendons. Nous sommes en discussions avancées avec nos fournisseurs pour voir si cela est possible et à partir de quand », a indiqué Tom Enders, Président exécutif d‘Airbus, lors d’une conférence téléphonique consacrée aux résultats 2017. Cette « montée en cadence de production de l’Airbus A320neo demeure toutefois un défi et dépend de l’aptitude des motoristes à respecter leurs engagements », a indiqué l’avionneur. Dans cette optique, Tom Enders assure avoir « rencontré au plus haut niveau des responsables de General Electric et de CFM International » au sujet des nouveaux soucis techniques rencontrés par les moteurs Pratt & Whitney. « Toutes les équipes sont mobilisées pour comprendre le problème et le résoudre », a-t-il garanti. Parallèlement, Tom Enders assure avoir reçu des « propos forts » des dirigeants de GE et de Safran, selon lesquels ils allaient faire tout leur possible pour régler aussi vite que possible le problème des retards. Le président exécutif d’Airbus a enfin écarté le développement de nouveaux programmes dans l’immédiat, et n’a pas exclu des commandes additionnelles ou à l’exportation pour l’avion de combat Eurofighter. Airbus prévoit une progression de 20 % de son bénéfice opérationnel ajusté pour 2018.15 Février 18 – Air-cosmos.com – Lesechos.fr – Reuters.comAirbus : l’A321neo LR pourrait révolutionner les vols transatlantiques à bas coûtsL’A321neo Long Range, qui a effectué mardi son premier vol transatlantique, promet une petite révolution commerciale : l’avion moyen-courrier est en effet capable de transporter plus de 200 passagers sur 7 400 km, permettant aux compagnies d’effectuer des vols long-courriers à un prix attractif. « Notre A321neo LR sera 30 % moins cher au siège kilomètre que le Boeing 757 », s’enthousiasme Joaquin Toro-Pietro, responsable des études marketing et en charge des relations clients chez Airbus. Présenté comme le chaînon manquant entre le moyen-courrier et le long-courrier, cet appareil hybride a déjà séduit Norwegian Airlines, qui attend trente exemplaires de l’appareil. La compagnie norvégienne a d’ailleurs fait de l’avion l’un des piliers de sa stratégie d’expansion au Royaume-Uni. D’ici 2020, plusieurs destinations seront susceptibles d’être desservies par l’A321neo LR au départ de Londres-Gatwick, parmi lesquelles Detroit, Philadelphie et Minneapolis, qui ne font pas encore partie du réseau Norwegian, ainsi que différentes routes vers le Moyen-Orient. Six autres compagnies low-costs ont d’ores et déjà passé commande : Air Transat (10 appareils), TAP Portugal (8), Aer Lingus (7), Air Astana, Azores Airlines (4) et Arkia. Airbus vise également les compagnies traditionnelles, pour desservir des « marchés alternatifs » (type routes nord-sud en Asie ou en Amérique) « qui ont un bon potentiel pour un appareil avec ces caractéristiques », plaide Joaquin Toro-Pietro.15 Février 18 – Leparisien.fr – Bfmtv.com – Air-journal.fr – Laerien.fr – Journal-aviation.comPhilippine Airlines envisage l’acquisition d’Airbus A350-1000« C’est un avion que nous pouvons prendre en considération, c’est une version plus grande de l’A350-900 », a déclaré à la presse Jaime Bautista, Président de Philippine Airlines (PAL) Holdings, avant un vol d’essai de l’A350-1000 à Manille. Il a notamment avancé des arguments logistiques, comme les points communs au niveau des pièces de rechange entre l’A350-900 et l’A350-1000 et la possibilité pour les pilotes de Philippine Airlines de piloter les deux avions. PAL, qui est la première compagnie nationale philippine (15 millions de passagers en 2017), a commandé six A350-900 en 2016 (dont 4 seront livrés cette année). Elle vient par ailleurs de lancer un programme d’expansion de 2 milliards de dollars pour faire de sa flotte l’une des plus jeunes d’Asie.16 Février 18 – Usinenouvelle.com – Laerien.fr – Zonebourse.com