// Actualités //

NEWSLETTER

Airbus prévoit un besoin de 37 390 avions neufs d’ici 20 ans

Selon les prévisionnistes d’Airbus, la flotte mondiale d’avions passagers va plus que doubler pour atteindre 48 000 appareils en 20 ans. Le trafic aérien devrait croître de 4,4 % par an sur la période 2018-2037, entraînant un besoin de 37 390 avions passagers et cargo neufs, estime le constructeur. Airbus a augmenté ses prévisions, fixées à 34 900 appareils il y a un an, et vise désormais un marché de 5 800 milliards de dollars (4 950 milliards d’euros) aux prix catalogue. La croissance sera portée par les pays émergents, où les voyages aériens par habitant devraient être multipliés par 2,5. Les trois quarts de la demande en avions neufs porteront sur des avions monocouloirs (issus du segment « small », avec 28 550 appareils attendus) : une bonne nouvelle pour Airbus, leader sur ce segment avec l’A320neo. Le segment « medium » devrait concentrer une demande de 5 480 avions passagers et cargo, alors que le segment « large », dominé par Airbus grâce à l’A350, vise quelque 1 760 appareils neufs. L’avionneur prévoit une demande de 1 590 appareils sur 20 ans pour le segment « extra-large », comprenant l’A350-1000 et l’A380. Airbus note enfin que 540 000 nouveaux pilotes seront nécessaires.

06 Juillet 18 – Challenges.fr

Airbus : 206 commandes nettes et 303 livraisons au premier semestre

Pour le seul mois de juin, l’avionneur a enregistré 100 commandes, réparties à parts quasi égales entre long-courriers et moyen-courriers, et a livré 80 appareils (dont 41 A320neo et A321neo) auprès de 41 clients. Il s’agit d’un record pour un mois de juin, qui porte à 303 le nombre de livraisons depuis le début de l’année. Au 30 juin, le carnet de commandes d’Airbus s’établissait à 7 168 avions, soit environ 9 années de production.

06 Juillet 18 – Lesechos.fr – Zonebourse.com

C-Series : Airbus attend les premiers résultats au salon de Farnborough

« Je suis convaincu que nous verrons déjà les premiers résultats dans les deux semaines à venir », a récemment déclaré Tom Enders, en visite à Montréal. Le Président exécutif vise notamment le salon aéronautique de Farnborough, en Angleterre, qui débute le 16 juillet. Tom Enders a par ailleurs réaffirmé son intention de vendre « des milliers » d’avions C-Series, sans toutefois avancer d’objectif sur le nombre de commandes attendu cette année.

06 Juillet 18 – Usinenouvelle.com

Boeing rachète la division aviation civile d’Embraer pour 3,8 milliards de dollars

Boeing et Embraer ont annoncé jeudi la signature d’un protocole d’accord en vue de la création d’une coentreprise, contrôlée à 80 % par Boeing. Celle-ci reprendra la division aviation civile (qui comprend les avions de ligne régionaux ERJ et E2) ainsi que les services d’Embraer, auxquels s’ajouteront les activités de développement, de production, de commercialisation et de services après-vente de Boeing. Cette opération de rapprochement, encore soumise à l’approbation de l’État brésilien, sera facturée 3,8 milliards de dollars à Boeing, soit 80 % de la valorisation totale de la branche aviation civile d’Embraer (valorisée à 4,75 milliards). « Sous réserve de l’obtention des approbations en temps opportun, la transaction devrait être conclue d’ici à la fin de l’année 2019, soit 12 à 18 mois après la signature des accords définitifs », indique le communiqué. La nouvelle entité, basée au Brésil, sera directement rattachée à Dennis Muilenburg, le PDG de Boeing. A noter que Boeing et Embraer ont également convenu de créer une autre coentreprise « pour promouvoir et développer de nouveaux marchés et de nouvelles applications pour les produits et services de défense, et tout particulièrement l’avion multi-missions KC-390 » du constructeur brésilien. Embraer, le troisième avionneur mondial, réalise actuellement 6 milliards de dollars de chiffre d’affaires et emploie 16 000 personnes. A la suite de l’annonce, le cours d’Embraer a chuté de 7 % à la Bourse São Paulo.

06 Juillet 18 – Lesechos.fr – Lefigaro.fr – Challenges.fr – Aerobuzz.fr – Air-cosmos.com – Latribune.fr – Usinenouvelle.com – Journal-aviation.com

La convergence des secteurs aéronautiques et automobiles

Pour faire face aux fortes hausses de cadences, l’aéronautique s’inspire par exemple des process de production et des méthodes d’achats de l’auto. A l’inverse, les savoir-faire de l’aéro en matière de sécurité et d’électronique embarquée intéressent fortement le secteur auto. A cela s’ajoute l’émergence des projets de taxis volants, qui représente un véritable tournant dans la coopération entre ces deux industries. En témoigne le rapprochement Airbus-Audi, annoncé au printemps dernier, pour développer le concept Pop.Up Next (mi-drone mi-voiture). Airbus est également en contact avec Renault, alors que Boeing souhaite créer une co-entreprise avec l’équipementier automobile américain Adient. Le marché des taxis volants pourrait en effet représenter entre 20 000 à 30 000 véhicules à l’horizon 2030, soit l’équivalent du nombre d’avions commerciaux produits depuis les débuts de l’aviation. « Si nous avons à produire ce même volume pour les dix ans qui viennent, nous avons intérêt à nous rapprocher avec l’automobile », souligne Mark Cousin, le responsable des démonstrateurs chez Airbus. Outre l’émergence de nouveaux process industriels, il s’agit également de mutualiser les ressources dans des domaines cruciaux, comme les logiciels embarqués et l’intelligence artificielle, visant à assister la conduite des pilotes comme des conducteurs. Dans ce sens, Thales a annoncé en janvier dernier la création d’une coentreprise avec l’allemand Vector, afin de se positionner dans la sécurisation des systèmes de conduite autonome. Le motoriste Safran, qui a lui-même noué un partenariat de recherche avec Valeo dès 2013, constate également que la convergence des deux secteurs devrait permettre de faire baisser les prix de production grâce aux gros volumes de production du secteur automobile.

06 Juillet 18 – Usinenouvelle.com