// Actualités //

NEWSLETTER

Marché des long-courriers : « il reste encore énormément d’opportunités dans le monde », estime Eric Schulz d’Airbus

Interrogé lundi sur la baisse des commandes d’A330neo, Eric Schulz, Directeur commercial d’Airbus, a déclaré qu’il ne s’agissait pas d’un sujet de préoccupation et que le marché européen des long-courriers allait rebondir dans le courant de l’année. « En ce qui concerne les long-courriers, il reste encore énormément d’opportunités dans le monde. Nous avons perdu quelques batailles à l’Ouest, mais il reste d’autres batailles à mener dans le monde. Personnellement, je ne panique pas », a-t-il déclaré lors d’un salon organisé à Sydney. Et si aucun objectif chiffré n’a été donné, le responsable a fait état de son ressenti : « je pense que nous allons bien faire, je le sens par rapport à la dynamique du marché, à ce que nous avons dans le pipeline et à ce que nous avons déjà négocié ».

04 juin 18 – Usinenouvelle.com

Airbus : la nouvelle ligne de production d’A320 d’Hambourg contiendra beaucoup plus d’automates

Selon Guillaume Faury, à la tête d’Airbus Commercial Aircraft, la nouvelle ligne de production d’A320, qui sera bientôt ouverte à Hambourg, contiendra beaucoup plus d’automates que les autres. « Qu’il s’agisse d’outils modernes ou d’accès à davantage de données, il existe bien plus de possibilités qu’auparavant. Ce qui a marché sur de petites lignes de production devient une réalité pour les plus grandes », a-t-il déclaré depuis Sydney. « Cela va transformer l’industrie, j’en suis convaincu. »

05 Juin 18 – Usinenouvelle.com

Airbus : Guillaume Faury veut augmenter la part des dépenses consacrée au numérique

Le nouveau Président d’Airbus Commercial Aircraft estime que la technologie numérique, amenée à investir la production aéronautique dans les années à venir, est la clé qui lui permettra d’augmenter les cadences. L’avionneur ambitionne, à terme, de produire jusqu’à 75 appareils par mois, « mais nous n’en sommes pas encore là », a indiqué Guillaume Faury. Préférant avancer « pas à pas », il a rappelé que l’objectif actuel consistait à augmenter la production de 50 à 60 appareils. Un rythme de production inimaginable il y a encore quelques années, puisque les usines, construites il y a 30 ans, n’étaient pas conçues pour une production de masse. Par exemple, les usines d’A320 ne devaient produire que 1 500 avions sur la totalité du programme, là où Airbus en construit actuellement 600 par an, soit un total de plus de 8 000 appareils, auxquels s’ajoutent 6 000 commandes en cours. Selon Guillaume Faury, l’enjeu ne tourne donc pas sur la sortie de nouveaux modèles, mais sur l’amélioration de la productivité. En cela, le responsable ne songe pas à augmenter les dépenses de R&D, mais à accorder une hausse « très sensible » à la part consacrée au numérique.

05 juin 18 – Boursorama.com – Zonebourse.com

Airbus confirme qu’un A350-1000 ULR est à l’étude

En marge de l’assemblée générale de l’IATA à Sydney, le directeur commercial d’Airbus, Eric Schultz, a confirmé que le constructeur pouvait proposer « deux options » pour les compagnies, comme Qantas, souhaitant se positionner sur les vols très long-courriers. La première option d’Airbus réside dans l’appareil déjà existant A350- 900 ULR (Ultra Long Range). Airbus a par ailleurs indiqué disposer d’une seconde option : un A350-1000 « aménagé » pour étendre son rayon d’action. Cet appareil, de plus grande capacité, pourrait remplir les critères de Qantas, qui réclame, d’ici 2022, un avion de 300 sièges, configuré en quatre classes et capable de relier sans escale Sydney, Melbourne ou Brisbane à New York, Londres ou Paris. Ainsi, selon Eric Schultz, l’A350-900 ULR ainsi que l’éventuel A350-1000 ULR « sont sur la table » : « tous les paris sont ouverts, nous étudions les deux appareils », a-t-il confirmé à propos de la demande de la compagnie nationale australienne.

06 Juin 18 – Air-journal.fr