// Actualités //

NEWSLETTER CFDT

Iran : le retrait américain, un rude coup pour le secteur aéronautique ?

La décision américaine de se retirer de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015 et de rétablir la totalité des sanctions économiques dans les 3 ou 6 mois à venir touche notamment le secteur aéronautique, avionneurs et équipementiers, qui participe au renouvellement des flottes des différentes compagnies aériennes du pays. Selon un premier décompte, quelque 340 avions commerciaux neufs sont concernés par ces mesures : des appareils que doivent fabriquer et livrer Airbus, ATR, Boeing et même Superjet International. Sur ces différents contrats signés par les compagnies aériennes iraniennes au cours des 18 derniers mois, seuls 11 appareils ont été livrés et tous à Iran Air : un A321, deux A330-200 et huit ATR 72-600. Airbus avait, fin 2016, enregistré des commandes de compagnies aériennes iraniennes pour cent avions au total représentant un montant catalogue de 20,8 milliards d’euros et Boeing avait enregistré 80 commandes pour un total de 17 milliards de dollars. A ce sujet, Bruno Le Maire, a déclaré qu’il n’était « pas acceptable » que les Etats-Unis se placent en « gendarme économique de la planète ». L’Elysée s’est dit prête à « tout faire pour défendre les intérêts » des entreprises en Iran.

11 Mai 18 – Financial Times – New York Times – Le Monde – Le Figaro – Les Echos – La Tribune – La Dépêche du Midi – L’Humanité – Libération (10 et 11 mai)

Bombardier : bénéfice brut en hausse au 1er trimestre

Bombardier affiche un résultat net de 44 millions de dollars américains au premier trimestre, contre 6 millions pour la même période en 2017. Le groupe canadien enregistre un bénéfice ajusté trimestriel de 35 millions de dollars, en baisse de 3 millions par rapport à l’an passé, et un chiffre d’affaires de 4 milliards (+ 12 % sur la même période). Dans le détail, les revenus de la division Avions commerciaux ont reculé de 12 %, mais ceux des Avions d’affaires ont augmenté de 9 %, ceux des Aérostructures de 12 % et ceux du Transport de 21 %. Pour le PDG Alain Bellemare, « l’avenir s’annonce radieux » : « nous atteignons le milieu de notre plan de redressement, nous atteignons nos cibles (…) Nous avons la possibilité de compléter notre phase de désendettement pour rejoindre notre vision à long terme (…) Nous recentrons nos efforts sur nos avions régionaux, comme la commande d’American Airlines le démontre, et notre partenariat avec Airbus nous permet d’avoir un levier au niveau du marché, des fournisseurs », a-t-il relevé lors de son discours devant l’assemblée annuelle des actionnaires.

04 Mai 18 – Lefigaro.com – Lesaffaires.com – Zonebourse.com – Usinenouvelle.com

Logistique : Airbus crée une ligne de transport maritime reliant Saint-Nazaire aux États-Unis

Airbus est en train de faire du port de Saint-Nazaire son unique hub européen à destination de l’usine américaine de Mobile, dans l’Alabama. « Le fluvial est devenu une évidence pour Airbus. Nous l’avons déployé à Hambourg, à Bordeaux, en Angleterre. Nous allons faire de même dans quelques semaines aux États-Unis pour relier un territoire fluvial et maritime », indique Pierre Vermande, Directeur des Transports « oversize » d’Airbus. Le premier navire, parti jeudi 3 mai du terminal de Montoir, est donc en passe de traverser l’Atlantique, avec l’aide de l’armateur LD Seaplane. A son bord : les pièces de deux A320. L’objectif est d’opérer un départ par mois pour répondre à la forte hausse des cadences visant à livrer dix avions A350 par mois. En termes logistiques, cela implique de tripler le nombre de rotations annuelles (passant de 70 à 240), au rythme d’un à deux colis par jour, sur cinq à six jours par semaine. « L’intérêt, c’est qu’on travaille le jour et qu’on transporte la nuit. C’est un gros avantage par rapport à la route. On va monter en puissance progressivement dans les semaines et les mois à venir. Notre objectif est de réduire nos volumes sur le trafic routier », conclut Pierre Vermande.

04 Mai 18 – Ouest-france.fr – Lantenne.com – Meretmarine.com

Rolls-Royce confirme ses objectifs annuels et progresse dans les réparations du Trent 1000

Le motoriste britannique s’est voulu rassurant en confirmant jeudi ses objectifs annuels, visant un bénéfice d’exploitation d’environ 400 millions de livres, à plus ou moins 100 millions de livres, et d’un cash flow de l’ordre de 450 millions de livres (511 millions d’euros), là encore à plus ou moins 100 millions de livres. Rolls-Royce s’est également exprimé sur les problèmes rencontrés sur certains Trent 1000 [Lire notre synthèse du 16 avril 2018], indiquant que son plan de réparation de certains moteurs suivait son cours. Le groupe estime avoir accompli des « progrès significatifs » en vue de réparer et de renvoyer les moteurs aux clients plus rapidement.

04 Mai 18 – Usinenouvelle.com – Zone-bourse.com