// Actualités //

Stratégie de S – Analyse de la CFDT

Assemblée plénière de l’AISC du 26/10/2017 

La CFDT était demandeuse de la présentation des orientations de S devant le Comité d’Entreprise et ne peut que saluer l’ambition ici affichée d’être plus performant en termes de support aux opérateurs, de proposer une offre étendue de services, et de renforcer la
proximité avec le client.

Skywise
Ce projet de concentration et d’exploitation des données est essentiel afin de nous permettre de progresser dans l’analyse prédictive et d’étendre notre offre de services. Cependant à notre sens de nombreux aspects juridiques et commerciaux restent à régler, par exemple l’utilisation à des fins commerciales de données provenant de tierces parties, l’indépendance et la fiabilité de Palantir… De
plus il se pourrait que les gains escomptés soient très surévalués (Nous avons entendu 30% des AOG évités, ce qui nous paraît pour le moins optimiste…).

Pour la CFDT, ce projet ne devrait pas occulter d’autres difficultés qui ralentissent la réactivité d’AIRBUS face aux demandes des compagnies, par exemple le phénomène de silo qui existe avec l’Engineering, le Procurement et nos fournisseurs.

AIRTAC 2.0
Grâce aux efforts et à l’engagement des salariés et à la vision des dirigeants successifs de S, AIRBUS a aujourd’hui atteint un niveau élevé de support technique qui obtient régulièrement des notes positives au niveau du CSIP (index >70). Les personnels de S ont participé aux développements d’AIRTAC et RTHM, accompagnés d’un système d’astreintes performant (SEE/SER/STL),
englobant la signature de documents officiels qui permettent la remise rapide en opération des avions 24H/7j/7.

La CFDT note avec satisfaction l’engagement du Management à maintenir le centre d’AIRTAC 2.0 à Blagnac et souligne que les évolutions éventuelles qui nécessiteraient de nouvelles adaptations des organisations du travail et des horaires ne pourront se faire qu’avec l’adhésion des personnels concernés.

International Footprint (Régionalisation)
Si la CFDT comprend le besoin de se rapprocher géographiquement du client afin de mieux pouvoir gérer la relation et anticiper/répondre commercialement à ses attentes, nous restons particulièrement vigilants quant au volume d’emplois qui pourraient être transférés hors d’Europe (exemple récemment avec SLC).

La CFDT a réaffirmé la nécessité d’une clause de retour pour les salariés d’AIRBUS SAS ou Opérations SAS qui se porteront volontaires pour ces contrats en conditions « local + ».

Par ailleurs ce nouveau concept de gouvernance par région pose les questions de:

  • l’homogénéité de notre réponse aux compagnies
  • nos capacités d’échange d’information entre les régions et Blagnac dans le but de capitaliser sur l’expérience.

Aller plus loin et délocaliser les centres d’expertise technique, reviendrait à défaire le support intégré actuel dont la constitution a été un pas majeur d’AIRBUS vers le niveau de standard mondial atteint grâce aux efforts des personnels de S.